Décryptage - 11 mai 2020

Décryptage : le gender mainstreaming

La Charte de la diversité accompagne ses signataires

  • En partageant vos bonnes pratiques
  • En vous informant (via la médiathèque, la newsletter, nos revues de presse)
  • En ouvrant de nouvelles pistes de réflexion : parce-que la diversité recouvre des concepts multiples, nous vous proposons de les explorer ici afin que vous puissiez vous en inspirer dans vos organisations. Retrouvez notre rubrique Décryptage tous les 3 mois !

Gender mainstreaming et action transversale

Le gender mainstreaming est la volonté de promouvoir l’égalité femmes-hommes de façon globale et transversale.

Le concept, d’origine internationale, apparaît pour la première fois à Nairobi en 1985, lors de la 3e conférence mondiale des Nations Unies sur les femmes. C’est en 1995, lors de la Conférence de Pékin qu’il est inclus dans le programme d’action. Sénac-Slawinski (2008) montre comment le concept a été principalement mobilisé au sein des instances européennes en devenant « à la fois […] une valeur et un principe d’action des différentes instances européennes. » (p.30) Selon Jacquot (2003) l’explication tient à ce que le concept de gender mainstreaming correspond aux problématiques de l’UE en matière d’égalité :

« le gender mainstreaming, instrument d’action publique, a, dès le début, été présenté par la Commission européenne comme source de « bonnes pratiques » et d’efficacité dans la conduite des politiques européennes, ainsi que comme source de réduction du « déficit démocratique » et d’accroissement de la légitimité des institutions européennes. » (Jacquot, 2003 : 173)

L’efficacité du gender mainstreaming : un concept-méthode

Parce qu’il permet de faire ressortir des bonnes pratiques, le gender mainstreaming fonctionne comme un ‘concept-méthode’ :

« Le gender mainstreaming est un concept parce qu’il peut induire […] une nouvelle approche de l’égalité des sexes. C’est une méthode car il nécessite un outillage technique (du moins tel que sa mise en œuvre le laisse à penser) qui vise à s’inscrire dans les pratiques des différents acteurs des politiques publiques. » (Dauphin et Sénac-Slawinski, 2008)

« La stratégie de mainstreaming et les outils qui accompagnent sa mise en œuvre (tableaux de suivi, orientations méthodologiques, données statistiques…) sont conçus en termes d’efficacité économique, de bonne conduite des politiques publiques, de participation accrue des acteurs au processus politique et de contribution à la réduction du « déficit démocratique ». » (Jacquot, 2003 : 174)

L’édition de bonnes pratiques, les enjeux autour de la représentation et de la participation politique des femmes et la défense de la démocratie sont des composantes propres au mode de fonctionnement du gender mainstreaming. La notion de gender mainstreaming va de pair avec celle de gender budgeting, qui prévoit un budget spécifique pour la prise en compte des problématiques de genre dans les politiques publiques.

Le concept de gender mainstreaming comporte cependant des limites: de nombreuses recherches (Sénac-Slawinski, 2008 ; Stratigaki, 2008) soulignent que le traitement de l’égalité de manière transversale amène souvent à la dilution des enjeux de genre dans l’action publique. L’approche globale empêche les actions ciblées sur des problématiques spécifiques au profit d’une conception plus générale des inégalités.

Diversity mainstreaming, freins et leviers

Maria Stratigaki (2008) lorsqu’elle parle de diversity mainstreaming, montre que, petit à petit, les instances européennes ont opéré un glissement politique de « l’égalité des sexes » à « l’égalité pour tous » en essayant de lutter contre toutes les formes de discriminations (race, handicap, orientation sexuelle…). Pour elle, ce glissement a pour effet de rendre invisible les luttes et les besoins spécifiques des femmes.  A l’inverse,

« Judith Squires […] tend à souligner l’opportunité de recourir à l’idée de diversity mainstreaming parce que cette ouverture permet, d’une part, de poser les bases d’une forme participative et non plus technocratique du gender mainstreaming et, d’autre part, de tenir compte des différences entre les femmes elles-mêmes dans les politiques d’égalité. L’intérêt de se diriger vers le diversity mainstreaming serait notamment de favoriser le dialogue des institutions avec les groupes de femmes, si peu développé dans la forme actuelle prise par le gender mainstreaming, une forme résolument technocratique et s’appuyant sur une élite d’experts. » (Dauphin et Sénac-Slawinski, 2008)

Comment se saisir du concept ?

Les concepts de gender mainstreaming et diversity mainstreaming relèvent au départ des politiques publiques et se réfèrent à un contexte européen. Toutefois, le principe peut être adapté aux problématiques des entreprises.

Historiquement portée par les Ressources Humaines dans une perspective QVT/RSE, la diversité a peu à peu irrigué toute l’entreprise. Aujourd’hui, l’enjeu est de convaincre tous/tes les acteurs/trices de l’entreprise (des dirigeant.es aux collaborateurs/trices, avec l’appui des managers) de s’emparer du sujet et d’agir. Présenter la diversité comme un sujet transverse permet d’intégrer la perspective de mainstreaming, et de se référer aux outils inhérents à cette démarche : tableaux de suivi, recueil de données statistiques, établissement d’un budget dédié… Cette approche s’inscrit dans les conclusions mises en avant par le Bilan diversité 2019, notamment en ce qui concerne la nécessité de produire des données afin de pouvoir mesurer, quantifier, apprécier et objectiver les réalités et les expériences de la diversité vécues en entreprise.

Pour en savoir plus :

Dauphin, Sandrine, et Réjane Sénac-Slawinski. « Gender mainstreaming : analyse des enjeux d’un ‘concept-méthode’ ». Cahiers du Genre, no 44, 2008, p. 5‑16.

Jacquot, Sophie. « Europe/Européanisation ». Dictionnaire. Genre et science politique, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.), 2013, p. 238‑50.

—. « La question de l’égalité dans les politiques européennes à travers l’étude du gender mainstreaming. » Politique européenne, no 10, 2003, p. 172‑76.

Sénac-Slawinski, Réjane. « Du gender mainstreaming au paritarisme : genèse d’un concept controversé». Cahiers du Genre, no 44, 2008, p. 27‑47.

Stratigaki, Maria. « La politique du recul. De l’intégration de l’égalité ‘des sexes’ à l’intégration de l’égalité ‘pour tous’, A policy of retreat. From the equality of “the sexes” to equality “for all”, Resumen ». Cahiers du Genre, no 44, 2008, p. 49‑72.

 


Sur le même thème

Décryptage 11 mai 2020
Décryptage : le gender mainstreaming