Parole d'expert.e - 31 mars 2020

Rencontre avec… Nathalie VALLET- RENART, Co-fondatrice et Directrice d’ENTREPRISE et CANCER

Le 8ème bilan diversité témoignait de la vision de plus en plus englobante de la diversité par les signataires. Toutes les organisations déclarent appréhender la diversité de façon élargie, et non plus uniquement sur la base des principaux champs de la diversité. Petites et grandes progressent dans cette vision, qui s’établit pour la première fois à 54%. L’attention à l’état de santé se situe dans la moyenne (22%), derrière les 6 critères d’attention les plus présents (âge, sexe, handicap, origine étrangère et origine sociale, tous supérieurs à 45% de signataires y portant attention). Ce mouvement d’élargissement peut parfois s’avérer complexe à mettre en œuvre pour les entreprises qui se trouvent confrontées à des problématiques longtemps perçues comme ressortant du champ personnel, sur lequel l’entreprise n’a pas à intervenir.

En 2010, Nathalie VALLET- RENART était consultante quand elle a appris qu’elle avait un cancer. Passé le choc de l’annonce, de multiples questions se sont posées à elle : comment en parler à mon manager, qu’est ce qui va se passer durant mon traitement, mes absences, après… Lors de l’annonce à son entreprise, elle a ressenti « compassion et désarroi ». Nathalie VALLET- RENART a alors décidé de donner un sens à  cette épreuve et de créer ENTREPRISE et CANCER pour accompagner les entreprises qui s’intéressent à ce sujet.

 

Combien de cas de cancer sont diagnostiqués sur des salarié.es en activité ?

400 000 cancers[1] sont diagnostiqués chaque année; 1/3 concernent des personnes en activité. Ce chiffre est à multiplier par 2 si l’on considère également les aidant.es. A l’issue du cancer, et c’est un point très positif, 80% des salarié.es reviennent en emploi dans les 2 ans suivant l’annonce.

Où en sont les entreprises sur ce sujet ?

Ces chiffres, et le fait que les entreprises sont des communautés de femmes et d’hommes travaillant ensemble et interagissant de multiples façons, amènent progressivement les entreprises à investir le sujet du cancer.

 

Plusieurs grandes entreprises ont d’ores et déjà une certaine maturité. Elles ont dépassé le stade de la libération de la parole et de la sensibilisation pour travailler sur l’accompagnement du manager, des équipes et de la personne directement concernée.

Tous les cancers sont différents, les personnes réagissent différemment à la maladie, au traitement, certaines sont en relation avec des client.es, d’autres travaillent sur un projet, en équipe…

Selon vous, quel doit être la manière d’agir de l’entreprise ?

« L’entreprise doit avoir une approche systémique du sujet pour accompagner ses salarié.es au moment de l’annonce, durant la maladie – que la personne soit en fonction ou arrêtée – et lors du retour à l’emploi. »

Qui sont les acteurs clés ?

Au sein d’un collectif de travail, le cancer est l’affaire de toutes et tous ; c’est à chacun.e d’apporter un regard et une attitude bienveillante. 3 acteurs tiennent toutefois un rôle essentiel.

  • Le/la manager : garant.e de l’équilibre entre performance et prise en compte des vulnérabilités de chacun.e
  • Les équipes RH : soutien du/de la manager, expert.es en organisation du travail
  • Les équipes médico-sociales : facilitation du retour au travail, éventuel temps partiel thérapeutique, définition d’éventuelles restrictions, conseils pour les adaptations de poste….

Ces 3 acteurs qui coopèrent de façon très différente selon les entreprises s’adaptent à la personne atteinte du cancer. Parce qu’elle se place en situation d’écoute et de compréhension de chaque situation, l’entreprise va permettre aux personnes de donner de l’information à celles et ceux qui n’ont pas vécu cette épreuve. « Si on ne dit rien, on n’est pas aidé.e » souligne N.VALLET RENART.

Comment les entreprises devraient agir, concrètement ?

Les entreprises ne connaissent pas le nombre de leurs salarié.es concerné.es par un cancer. Toutefois, elles peuvent agir en amont en sensibilisant les managers et les RH, et en communiquant sur le fait qu’elles prennent en compte ce sujet. Les personnes concernées se sentiront en confiance pour parler de leur situation, envisager leur cancer dans le cadre de leur activité professionnelle et surtout, lorsqu’elles auront à s’absenter, pour revenir à l’emploi.

Les collègues, les managers se sentent parfois mal à l’aise, s’interrogent sur ce qu’ils/elles doivent dire, faire….Le cancer les renvoie à leurs propres angoisses et à la gestion de leurs émotions.

Les accompagner par une sensibilisation au cancer, à l’écoute de leur collègue, c’est l’opportunité de transformer une difficulté en action positive de reconnaissance de toutes les diversités et d’inclusion.

conclut N. VALLET-RENART

 

ENTREPRISE ET CANCER est une association fondée en 2011 à Lyon. Son objectif : aider et accompagner les entreprises afin de penser le cancer non pas au prisme de l’organisation du travail, mais sur la qualité de la relation.  Composent son conseil d’administration et son conseil scientifique des professionnel.les issu.es d’horizons variés : consultant.es et responsables de ressources humaines, médecins du travail, oncologues, psychologues, managers…

[1] Source : Institut national du cancer


Sur le même thème

Diversité 17 juillet 2020
[REPLAY] Diversité et inclusion dans le ‘monde d’après’ : des cartes rebattues ?
Parole d'expert.e 31 mars 2020
Rencontre avec… Nathalie VALLET- RENART, Co-fondatrice et Directrice d’ENTREPRISE et CANCER
Parole d'expert.e 4 mars 2020
Rencontre avec… Philippe Monnoyeur, Directeur Général du Groupe Monnoyeur