- 28 mars 2019

Le sexisme dit « ordinaire » en entreprise

Aujourd’hui, comment lutter contre le sexisme dit « ordinaire » en entreprise?

Selon une enquête du Conseil supérieur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes (CSEP), «  80% des femmes salariées considèrent qu’elles sont régulièrement confrontées à des attitudes ou décisions sexistes, avec des répercussions sur la confiance en soi, la performance et le bien-être au travail ».

Qu’est ce que le sexisme?

La notion de sexisme, apparue à la fin des années 1960 aux Etats-Unis, est encore aujourd’hui « tabou » dans le monde du travail. Cette notion met en évidence le déséquilibre hiérarchique entre les femmes et les hommes. Elle est liée à la construction sociale des rôles et des stéréotypes de genre, qui justifient la suprématie d’un sexe sur l’autre.

Le sexisme peut se manifester de différentes manières : des remarques, des blagues, des incivilités, du mépris, des gestes ou des comportements. Sous toutes ces formes, le sexisme conduit à déstabiliser, infantiliser et délégitimer les femmes.

Comment agir contre le sexisme ordinaire en entreprise?

« Si l’histoire du travail des femmes a longtemps été marquée par leur invisibilité et leur surexploitation, nous disposons aujourd’hui d’un arsenal juridique important pour garantir une égalité réelle entre les femmes et les hommes. » Laurence Rossignol ancienne Présidente du Conseil supérieur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et ancienne Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes

Depuis la loi Rebsamen du 17 août 2015, la notion de sexisme est juridiquement intégrée dans le code du travail.

Nul ne doit subir d’agissement sexiste, défini comme tout agissement lié au sexe d’une personne, ayant pour objet ou pour effet de porter atteinte à sa dignité ou de créer un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou offensant. Article L1142-2-1 Code du travail.

Au-delà du cadre légal, plusieurs démarches volontaires pour lutter contre le sexisme dans l’emploi émergent. En décembre 2018, 30 entreprises se sont engagées à combattre le sexisme ordinaire en entreprise en leur sein, grâce à l’initiative #StOpE développée par L’Oréal, Accor et EY, en partenariat avec Brigitte Grésy, Secrétaire générale du Conseil supérieur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

Vous pouvez retrouver l’interview des trois fondatrices de l’initiative #StOpE : Anne Laure Thomas, Directrice Diversités et Inclusion chez l’Oréal, Anne-Sophie Béraud, Directrice Diversité et Inclusion chez Accor et Morgane Reckel, Directrice associée Diversité et Inclusion chez EY


Sur le même thème

28 novembre 2019
Grand forum emploi diversité RH Bourgogne Franche-Comté
5 août 2019
Diversité des origines : quelques conseils pratiques pour avancer
Août 2019
Signataires, derniers jours pour participer au Bilan Diversité